Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : James JOYCE à Saint-Gérand-le-Puy
  • James JOYCE à Saint-Gérand-le-Puy
  • : Informations, échanges sur la vie et l'oeuvre de Joyce. Thèmes de rencontres, conférences, tables rondes. Evènementiel : "Le jour d'Ulysse" Musée et bibliothèque Anna Livia Plurabelle. Balade "Sur les pas de Joyce à Saint-Gérand-le-Puy".
  • Contact

Recherche

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 21:30
Inauguration du square « James JOYCE »
C’est la deuxième manifestation de reconnaissance de l’écrivain irlandais – qui fera dire à Steven joyce que « Saint-Gérand-le-Puy a deux longueurs d’avance sur Paris ».
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans Hommages rendus à l'auteur dans le village
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 21:06
La veille de Noël, laissant tout dans leur appartement, JOYCE et Nora prennent la direction de Saint-Germain-des-Fossés, (conduits à la gare par BECKETT) – Ils débarquent le 24 décembre 39 -  Giorgio les accompagne –
Ce sont les vacances de Noël – tous les élèves sont partis à l’exception de Stephen et des deux filles de Maria JOLAS – elle loge à l’orangerie du château, où l’école est installée - - l’Hôtel du Commerce (Sarrassat) aujourd’hui détruit, accueille les grands garçons et sert d’annexe – les JOYCE posent leurs valises à l’Hôtel de la Paix, où 2 chambres leur sont réservées –
Dîner de Noël à la Chapelle - JOYCE saisi de crampes doit se coucher jusqu’à ce que les douleurs s’apaisent – il touche à peine au repas, mais boit (du blanc, électricité), et à la fin de la soirée, se met au piano et chante de vieux airs irlandais – il s’approche de Maria JOLAS et l’invite à une valse sur le perron (« allons, vous savez bien que c’est le dernier Noël »)
Nora persuade JOYCE de laisser Giorgio repartir seul à Paris et ils s’installent à l’Hôtel de la Paix – Maria JOLAS  dîne une fois par semaine avec eux et les JOYCE viennent prendre le thé et écouter la radio chez elle le dimanche.
JOYCE lit les Conversations de GOETHE avec ECKERMAN, mais sa vue est très déficiente – et la lumière de la chambre faible.
 
L’Hôtel du Commerce sert de dortoir aux élèves et aux professeurs de l’école, qui se rendent à vélo au château de la Chapelle chaque jour.
L’errance s’est poursuivie pour les JOYCE jusque dans Saint-Gérand-le-Puy – Ils déménageront 4 fois en un an !
1)       Hôtel de la Paix (jusqu’à Pâques 40) – JOYCE se rend quelques fois à l’église
2)       Château de la Chapelle (vacances scolaires de pâques)
3)       au retour des élèves, ils emménagent à Vichy, qu’ils préfèrent, à l’Hôtel du Beaujolais – ils rendent visite à LARBAUD, paralysé et aphasique depuis 35) – mais en juin 40, ils sont délogés par l’installation du gouvernement de Pétain, qui réquisitionne tous les hôtels de vichy.
4)       Retour à Saint-Gérand-le-Puy – bref séjour dans l’appartement d’une femme hospitalisée, et qui mourra peu après, puis retour à l’Hôtel du Commerce jusqu’en octobre, où ils occupent le premier étage de la maison d’une Madame PONTHENIER  (c’est là que se trouve la plaque commémorative)
 
JOYCE a été affecté par le médiocre accueil réservé à Finnegans Wake.
 
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans James Joyce - sa vie à Saint-Gérand-le-Puy
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 21:00
2 Février 40 = on fête son anniversaire (58 ans) – et celui de Stephen - (BECKETT est venu en compagnie de Giorgio).
 
Les journées passent – JOYCE déambule dans Saint-Gérand-le-Puy  – long pardessus noir (quelquefois cape), lunettes, canne et cailloux dans les poches pour se protéger des chiens, dont il a la phobie (« ils n’ont pas d’âme » !) – « Marche lentement, en faisant de grands pas, buste bien droit » (témoignage de Simone MAUPERTUIS, alors femme de chambre à l’Hôtel de la Paix).
 Mutisme fréquent – parle au coiffeur CHASSAGNETTE, dit ‘ Bouboule ‘, « quand il n’y a personne » !... il passe pour un drôle de bonhomme, « Jouasse »…On sait vaguement que c’est un grand écrivain, sans plus – il boit sec !
 
Ses promenades le conduisent jusqu’au lavoir. Mais qu’en a-t-il pensé ? le lecteur de Finnegans Wake songe aux discussions entre les lavandières, d’une rive à l’autre de la Liffey, et il est possible que les camaïeux de vert du Bourbonnais lui aient rappelé l’Irlande – c’est tout ce que peut conjecturer la rêverie du lecteur – Mais à contrario, la vie à la campagne a sûrement pesé au citadin qu’il était, et il a dit au moins sa lassitude de vivre à « Saint-Tampion-le-Machin » - n’idéalisons pas trop vite le séjour, qu’il a certainement vécu sur un mode peu réjouissant (comme l’attestent les quelques témoignages écrits qu’il a laissés) – Si la notoriété du village doit aujourd’hui quelque chose à JOYCE, il est possible que ce soit à son corps défendant. J. AUBERT a eu raison de noter, sur la plaque commémorative, que l’année 40, la dernière de sa vie, a été une année noire : noire pour tous, et singulièrement pour lui.
Cela, bien évidemment, n’interdit pas l’hommage que Saint-Gérand-le-Puy a tenu à lui rendre. Au contraire ! La part d’ombre n’a pas terni l’œuvre, elle l’a rendu plus forte. Car une chose au moins est certaine. Jusqu’au bout, à Saint-Gérand-le-Puy, il a « ajouté des virgules » et corrigé Finnegans Wake.
 
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans James Joyce - sa vie à Saint-Gérand-le-Puy
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 17:15
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans Jour d'Ulysse 2006
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 14:34
numérisation0006
 :

« Les J.J. MINSTRELS » sont les musiciens d’un groupe qui se forme chaque année autour de Liam HEALY pour animer le Jour d’Ulysse.

 

Ils nous offrent  alors des chants, traditionnels ou classiques en rapport avec les airs évoqués par Joyce dans son œuvre, ses interprétations ou compositions ;  en rapport aussi avec l’histoire de l’Irlande, de Dublin dont les échos retentissent et se propagent encore de nos jours.  

 

La pertinence des choix et la qualité de l’interprétation vocale et musicale contribuent à l’émergence des émotions quasi « épiphaniques » de la journée.

 

Merci Liam, Merci Alice et Philippe et merci à tous ceux qui vous rejoignent et vous rejoindront pour l’occasion.

 

Quelques titres que, pour notre plaisir, nous espérons pouvoir rassembler sur un CD. Sur rendez-vous, on peut écouter et lire les paroles de ces chants à la Bibliothèque Anna Livia Plurabelle.

En hommage à Joyce, à Nora, à l’amour, à l’Irlande, à l’exil :

-         A man you don’t meet every day

-         I’ll go with him wherever he goes

-         Bist du bei mir – J.S. Bach

-         Wild roving no more

-         Sally gardens – W.B. Yeats

-         An old woman of the road – Padraig Colum

-         Good bye Zürich « Parodie de Dolly Gray »

-         Good bye Johnny (exil d’un Irlandais)

-         Move along, get along

-         Regina caeli

-         Adoro te devote

-         Tantum ergo

-         Gas from a burner James Joyce

-         Norah

-         Mrs Hoolihan’s Christmas cake

-         J’attendrai

-         Vedrai carino

-         Molly Malone

-         A stór mo chroi

-         Twang man

-         The Croppy boy

-         Humpty Dumpty, the ballad of pearsse O’reilly

-         Spanish lady

-         Se Sabiatz drolletas

-         Easy and slow

-         Adraighnean donn

-         Real old mountain dew

-         Suil a ruin

-         Kilkelly, Ireland

-         Seven drunken nights

-         Finnegan’s wake


 

Repost 0
Published by James Joyce in Saint-Gérand - dans Animations artistiques
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 14:31
numérisation0004

Groupe de musiciens amateurs qui se produit déjà depuis plus de 20 ans dans la région de Clermont Ferrand. Violon, flûte traversière, whistle, accordéon, cistre, mandoline, guitare, piano, harpe et chant leur permettent d’interpréter des musiques irlandaises. Ils se sont produit en première partie d’Alan Stivell en juillet 2009, Place de Jaude à Clermont-Ferrand.

 

 

La mythologie irlandaise raconte qu’au début, il y avait trois harpes magiques : une harpe en cuivre, pour la musique gaie, fêtes et danses ; une harpe en argent, pour une musique triste, pour le chagrin et la peine ; une harpe en or, pour la rêverie , la poésie et le mystère.

La tradition raconte aussi que, pour bien jouer, un musicien doit jouer avec sa tête, son cœur et ses pieds : ainsi la musique raconte l’histoire des gens touche les émotions, les sentiments et donne envie de danser.

C’est un peu de tout cela qu’ils espèrent offrir dans leurs concerts.

 

 

Concert  du Jour d’Ulysse du 17 juin 2006 à Saint-Gérand-le-Puy.

-   After Aughrim* en mémoire aux Wild Geese.

-  Down by the sally garden

-  Wiskey in the Jar

-  Connaught man’s rambles – Father O’Flynn – Sackow’s

-  The poor Pitman’s wife

-  Les français sont dans la baie

-  The rights of man

-  Finnegan’s wake

-  Polkas

-  Go neiri an bohar leat

-  Templehouse reel- Ships are sailing - Tharbolton

-  A Dublin man was leaving

-  Morison’s jig – Comb your hair and curl it – A fig for a Kiss

-  Salonika – so right away/Miss Mcloud’s reel

-  Suite « Petite O’Murphy » - The Maid behind the bar – The sack of patatoes

-  The old triangle

-  Nora

-  Chicago Waltz/ The otter’s holt

- Roses

-  Foggy Dew.

 

 

*Aughrim est un village du Comté de Galway. Il fut en 1691 le théâtre de l’ultime bataille en Irlande d’une guerre européenne « War of the Grand Alliance ». L’Angleterre, les Pays-Bas et l’Empire des Habsbourg disputaient à Louis XIV la domination de l’Europe. Les Irlandais, opposés à la colonisation de l’Irlande par les Anglais, ont pris le parti français, et ont tout perdu : leurs terres, le droit de pratiquer leur religion et leurs droits citoyens. L’aventure des « Wild Geese » commença alors… Il y eut en permanence une brigade irlandaise dans l’armée française jusqu’à la Révolution. Le 92ème régiment d’infanterie, basé aujourd’hui à Clermont-Ferrand, est l’héritier de cette brigade.

 

 

Animation du repas précédant le concert, en mémoire d’une lettre de James Joyce à son frère Stanislaus :

To Stanislaus JOYCE

(9 octobre 1906)

 

« Yesterday being the anniversary of the day of my epousal and of the day of the gladness of my hart, we went out into a country and ate and drank the greater portion of several larders. Here is the full and exact list of what we ate yesterday.

 

10.30. a.m. Ham, bread and butter, coffe

 1.30.  p.m. Soup, roast lamb and patatoes, bread and wine

4.-       p.m. Beef-stew, bread and wine

6.-       p.m. Roast veal, bread, gorgonzola cheese and wine

8.30.   p.m. Roast veal, bread and grapes and vermouth

9.30.   a.m. Veal cutlets, bread, salad, grapes and wine

 

There is litterary no end to our appetites. I don’t believe I ever was in better health except for the sedentary life I lead. I stand fascinated before the windows of grocer’s shops. My salary, I’m afraid will not be sufficient to feed me in the winter. »

 

Lettre de James Joyce in « JOYCECHOYCE », « The Poems in Verse and Prose of James Joyce » A.N. JEFFARES andB. KENNELY – Ed. KYLE CATHIE LIMITED

 

Apéro

-         My name is James Joyce

-         Old woman wrapped up in a blanket

-         Dublin Ragatta

 

Premier trou normand :

-         Humpty Dumpty

 

Deuxième trou normand :

-         Molly’s mémories

-         Easy and slow

 

Le pousse-rapière :

-         Mrs Houlihan’s Christmas cake (Le gâteau du Jour d’Ulysse à Saint-Gérand-le-Puy)

 

Le pousse-café :

            - Blackbirds and trushes / The geese in the bog / The birds in the mountains.

 

Repost 0
Published by James Joyce in Saint-Gérand - dans Animations artistiques
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:32
A l’initiative du maire actuel, Xavier CADORET, qui est aussi professeur d‘économie au lycée de Vichy Cusset, on ouvre un espace socioculturel « James JOYCE » - l’espace comprend : le parc, la salle socioculturelle,  et « l’espace culturel joyce», où sont exposés dessins, photos et documents – et un travail effectué en vidéo par un groupe d’élèves de BTS « communication » du Lycée de Vichy, qui recueille de nombreux témoignages de personnes ayant eu l’occasion d’approcher joyce pendant cette période (toujours visibles aux archives du Musée) – création d’un logo « joyce en bourbonnais » désormais protégé -
Inauguration en grande pompe en présence de Stephen joyce, de l’ambassadeur d’Irlande, de jacques Aubert, du sous-préfet… Le séjour de joyce à Saint-Gérand-le-Puy est maintenant connu, il fait l’objet d’articles dans les journaux parisiens – A titre d’exemple ,en août 1994, le Monde consacre un long reportage, très documenté, d’un envoyé spécial, Jean-Pierre BAROU, intitulé : JOYCE, l’année de la zone libre (le texte figure dans la bibliothèque).
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans Hommages rendus à l'auteur dans le village
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:09
Le dimanche, à l’Hôtel de la Paix, les JOYCE accueillent Stephen, et « Nonno », le grand-père raconte les aventures d’Ulysse à Stephen, jusqu’à l’heure du déjeuner (assis sur le lit du grand père, qui raconte, en robe de chambre, une cigarette au bec)– Joyce lit les Conversations de GOETHE avec ECKERMAN
 
Le printemps est aigre cette année 40, il neige encore en avril – Quelques amis lui rendent visite BECKETT, et Georges PELORSON, qui passe le 14 avril, avant de rejoindre son régiment : ils parlent des Gracques, auxquels JOYCE s’intéresse, et sur  lesquels PELORSON vient d’écrire un long poème.
Les jours se traînent au village – JOYCE se lève tard -  « se lever ici, pour quoi faire ? » - Il est souvent muet comme une tombe – un jour il va prendre le thé avec Nora chez une réfugiée (Mrs Muriel ELLIOTT) dont l’enfant était à l’école de Mme JOLAS – Nora : « vous voyez un homme qui n’a pas dit un mot de la journée » - JOYCE ; « qu’est-ce qu’on peut bien dire après trente ans de mariage ? – Mrs Elliott : « vous pourriez au moins dire bonjour » - réponse de JOYCE : un grognement… (cf. ELLMANN, t 2, 394)
Il parle quelquefois avec Maria JOLAS de l’éducation des enfants (Maria JOLAS souligne qu’il avait « beaucoup réfléchi » sur les méthodes d’éducation (cf.p52) – un jour il attaque avec véhémence les méthodes catholiques – Maria JOLAS : « vous m’attristez, moi qui donne à mes enfants une éducation catholique «  - JOYCE : Oh ! C’est différent en France. En Irlande le catholicisme, c’est de la magie noire ». (il reprendra ce thème avec PELORSON au moment des fêtes de Pâques, en faisant l’éloge de la liturgie et en plaisantant les Dominicains, comme le faisaient ses maîtres au Belvédère)
 
Une des toutes dernières soirées à l’Hôtel de la Paix réunit les JOYCE, Maria JOLAS, et PELORSON, (dont la femme est « un de nos meilleurs professeurs (…) depuis plusieurs années attachée à l’Ecole » p52) – PELORSON deviendra « un collaborateur notoire » (JOLAS après l’armistice) – Au cours du dîner il demande à JOYCE: « Qu’allez-vous faire ? Ecrire ? » - « Non, dit JOYCE, je relis et révise Finnegans Wake » - « Pourquoi ? » - « Eh bien, j’ajoute des virgules. » - « Projetez-vous un nouveau livre ? » - « Oh non » - puis JOYCE ajoute : Et puis, si. Je crois que j’écrirai quelque chose de très simple et de très court. » (ELLMANN, 394)
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans James Joyce - sa vie à Saint-Gérand-le-Puy
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 20:40
A partir de 2003, un petit groupe, informel, de personnes, passionnés ou amateurs de l’œuvre de JOYCE, se constitue à l’initiative du maire Xavier CADORET et de l’Office du Tourisme de Varennes. Partant de l’idée que l’œuvre de joyce – et d’abord Ulysse – est un monument partout célébré, souvent cité, mais plus rarement lu, il se fixe comme tâche prioritaire (plutôt que de sombrer dans une quelconque commémoration folklorique, fût elle irlandaise !) :
1) de lire et de faire lire l’œuvre de JOYCE.
Aide précieuse de Jacques AUBERT (compte tenu de la modestie des moyens dont dispose un petit village ou l’Office du Tourisme) et générosité des conférenciers invités à venir parler de JOYCE (Pascal BATAILLARD, Annie TARDITS)
 
Dans l’esprit des organisateurs, ces deux journées, baptisées plus tard « le jour d’Ulysse », (titre suggéré par Steven JOYCE, plutôt que la reprise de Bloomsday) devaient se proposer là d’offrir au public tout ce qu’un modeste village bourbonnais, qui a eu l’insigne honneur d’accueillir un des plus grands écrivains du XX° siècle, peut offrir pour que son oeuvre soit mieux connue.
 Donner le goût de la lire, et pour cela faire d’abord entendre sa voix et toutes les voix qui résonnent dans ses textes. Faire retour à cette exigence élémentaire. Eviter ces dérives dans lesquelles les commémorations se perdent en vains bavardages ou en fêtes foraines. Mobiliser la bonne volonté des meilleurs spécialistes et les inviter à venir parler de l’œuvre. Car tout le monde parle d’Ulysse, d’un air entendu, mais qui l’a vraiment lu ?
Mais on ne lit pas qu’avec les yeux. Il faut aussi se mettre à l’écoute. Prêter l’oreille à la musique, au chant, aux voix, à leurs timbres, à leurs affects, à toute cette part d’émotion que comporte le corps charnel de la parole dans l’écriture, tout ce qui fait le style d’un grand écrivain. Quand on sait l’importance que JOYCE accordait à la musique et au chant, on comprend aisément que savoir écouter c’est aussi savoir lire.
S’il est essentiel d’entendre dire ce qu’on lit, il fallait donner au public l’occasion d’entendre les textes et leur charge poétique sur un mode théâtral, et se tourner vers le chant et la musique des compositeurs qui se réclament ou s’inspirent de joyce.
 
2) Seconde ambition =  aménager pour le long terme un espace de lecture et de recherche à Saint-Gérand-le-Puy, sous la forme d’ une bibliothèque entièrement consacrée à l’œuvre de JOYCE, et qui garde la trace des conférences et des travaux effectués.
C’est chose faite depuis l’an dernier, grâce en particulier à Stephen JOYCE et son épouse,
qui ont accepté d’honorer de leur présence la journée du 18 juin, et d’inaugurer la bibliothèque - qu’ils avaient suggéré de nommer : « Anna Livia Plurabelle », du nom de l’héroïne de Finnegans Wake – et qui ont fait don, en guise de cadeau de baptême, de nombreux ouvrages de JOYCE, publiés dans toutes les langues. C’était, tout le monde le comprend, donner, par leur seule présence, un gage de reconnaissance sans prix pour le village de Saint-Gérand-le-Puy.
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans Hommages rendus à l'auteur dans le village
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 18:13
Repost 0
Published by office de tourisme Val d'Allier - Forterre - dans Animations artistiques
commenter cet article